COLLOQUE -Arts du Récit et développement en Afrique - AFREEKAN.NET : MEDIATHEQUE VIRTUELLE

Rechercher
  « L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli » Proverbe Africain
Aller au contenu

Menu principal :

COLLOQUE -Arts du Récit et développement en Afrique

Bientôt les Actes du Colloque de Bobodioulasso sur les Arts du récit seront disponibles en ouvrage












































RESUME DE LA COMMUNICATION – ALAIN TAILLY
Thème :
L'économie du conte en Afrique de l'Ouest : réalités et enjeux. Cas de la Côte d’Ivoire


L’Afrique de l’Ouest définit une zone géographique très vaste composée de pays qui témoignent d’une remarquable diversité culturelle. Dans le cadre de cette communication, nous ne pourrons pas aborder la question du développement du secteur du conte dans chacun des seize  pays de notre sous-région. Toutefois, dans la mesure où ces pays présentent de nombreuses similitudes, qu’il nous soit permis d’en focaliser un, à titre d’exemple. Dans le cadre de cette réflexion sur l’économie du conte en Afrique de l’Ouest, notre choix s’est, donc,  porté sur la Côte d’Ivoire dont nous estimons maîtriser quelque peu la situation et les projets en matière de conte et d’oralité.
Par l’expression Economie du conte, il faut entendre d’abord, l’économie générale au sens d’organisation du secteur, c’est-à-dire aussi le système d’organisation des différents éléments qui constituent le domaine du conte, et qui en font un secteur à part entière, et non un secteur entièrement à part comme il paraÎt actuellement. Le vocable Economie du conte renvoie aussi au secteur du conte dans sa dynamique de production, de distribution et de consommation de produits culturels et d’œuvres artistiques qui utilisent entièrement ou partiellement le conte comme « matière première ».
A travers ce thème, « L'économie du conte en Afrique de l'Ouest : réalités et enjeux. Cas de la Côte d’Ivoire »,nous souhaitons d’abord faire un état des lieux, le plus exhaustif possible pour donner à comprendre à la fois la situation, les problèmes et l’importance du conte pour notre pays, et partant, pour toute l’Afrique. Dans un second temps, nous proposerons quelques mesures et choix de politique qu’il nous semble nécessaire de mettre en œuvre pour sortir le secteur du conte de sa situation actuelle de sous-développement.
L’histoire du conte en Afrique de l’Ouest est une sorte d’aventure en dents de scie où la parole conteuse est, pour ainsi dire, malmenée au gré des contorsions de l’histoire.
Le conte - qui est considéré à juste titre comme l’ancêtre des Arts vivants - mérite d’être reconnu comme Art à part entière et devrait faire l’objet d’une politique spécifique de promotion et de développement. C’est à ce prix qu’il accèdera à un nouveau statut et intégrera  - à part beaucoup plus entière - l’industrie du spectacle à l’instar de la musique, de la danse et du théâtre.
En Afrique de l’Ouest, les initiatives ne manquent pas pour promouvoir le conte. Festivals, journées et caravanes du conte sont à saluer et même à encourager car ces manifestations ont l’avantage de maintenir la vitalité du conte, de réunir les conteurs, de mobiliser le public et donc de pérenniser les pratiques de « racontage ».
A ce titre, ces initiatives sont des vitrines qui montrent bien qu’il existe en Afrique de l’Ouest des conteurs et un public pour le conte. Ce qui manque le plus dans les différents pays, c’est le fonds de commerce, c’est-à-dire, une activité permanente qui permet aux artistes de travailler de façon continue, de générer des ressources conséquentes et de gagner leur vie.

GALERIE PHOTOS

 

LE COLLOQUE EN BREF

LE COLLOQUE ORGANISE A BOBO-DIOULASSO PAR LA CIE NAFORO-BA SUR LES ARTS DU RECIT EN AFRIQUE
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu