COLLOQUE -Communication de M.Ousmane Bangoura - AFREEKAN.NET : MEDIATHEQUE VIRTUELLE

Rechercher
  « L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli » Proverbe Africain
Aller au contenu

Menu principal :

COLLOQUE -Communication de M.Ousmane Bangoura

Bientôt les Actes du Colloque de Bobodioulasso sur les Arts du récit seront disponibles en ouvrage












































RESUME DE LA COMMUNICATION – OUSMANE BANGOURA
Thème :
Création de centres de l'oralité: un projet de développement culturel et d'éducation artistique

La présente communication est issue d’un travail entamé depuis 2007 dans le cadre du Master Ingénierie des échanges interculturels de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III. Mon propos portera sur la Création de centres de l'oralité comme projet de développement culturel et d'éducation artistique en Afrique. Ces lieux qu’on appelle encore, selon les pays et les usages, Maison de la parole, Maison du conte, Centre des arts du récit, Centre de littérature orale etc., et que certains pionniers ont décidé de créer et développer sur le continent contre vents et marrées.
Quels sont les enjeux de l’implantation d’un équipement culturel dédié aux arts de la parole en Africain ? Y a-t-il besoin de développer avec  tant d’ardeur et de conviction les pratiques de l’oralité au point d’en arriver à la professionnalisation de ce qui, pour bon nombre de personnes, relève simplement d’un acte populaire banal, inné à chaque africain ? Il nous a bien fallu un recul nécessaire à une réflexion théorique sur les fondements de la tradition orale en tant qu’élément déterminant du patrimoine culturel immatériel, d’une part, en tant que socle de la création artistique contemporaine d’autre part, pour mieux appréhender l’importance que revêt aujourd’hui dans un monde globalisé, une action culturelle qui ne se contente pas seulement de dire ou de faire dire la parole, mais de la porter, de la montrer et d’aider à sa plus grande "visibilité" en lui attribuant des espaces physiques. Créer des lieux de la Parole en Afrique constitue à mon avis une contribution  à la résurrection de l’arbre à palabre du village, qui a dû disparaître par la force des choses, ayant ainsi cédé ou presque à l’agression culturelle nourrie et entretenue par la relative modernité.
Dans ce contexte moderne où la télévision et plus récemment toutes les nouvelles technologies de l’information et de la communication prennent désormais la place des soirées contées, jadis moments magiques de retrouvailles familiales et de partage de la chaleur humaine forte, l’avènement des maisons de la parole tentera de restituer cette part d’héritage culturelle qui a su survivre et s’adapter progressivement à l’évolution de la société et de son imaginaire. C’est l’occasion de rallumer la flamme de l’intelligence et de la sagesse africaine et universelle en redonnant à chaque personne la possibilité de retrouver ses souvenirs, la chance d’être auteur d’une œuvre artistique qui n’aurait peut-être jamais pu s’exprimer autrement que par la bouche. Les enjeux de la création de lieux culturels spécialisés dévolus aux arts de la parole sont multiples. Mais de cette multiplicité, nous allons nous limiter ici à la présentation de quelques enjeux majeurs qui méritent une attention particulière de tous les acteurs de la vie publique et du processus de développement.
Le premier enjeu est éducatif et intellectuel.
Le second enjeu est d’ordre social et identitaire.
Le troisième enjeu est d’ordre économique, (…)

GALERIE PHOTOS

 

LE COLLOQUE EN BREF

LE COLLOQUE ORGANISE A BOBO-DIOULASSO PAR LA CIE NAFORO-BA SUR LES ARTS DU RECIT EN AFRIQUE
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu